Calcio [2008-2009]

Page 17 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Abdou le Mer 22 Avr - 21:58

schuminator a écrit:J'espère que tu porteras pas la poisse :pompom:

Comme si vous avez besoin de mon aide pour perdre contre l'Inter. :tongue:

Abdou
La Team
La Team

Nombre de messages : 8261
Date d'inscription : 26/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Mer 22 Avr - 22:00

@Abdou a écrit:
schuminator a écrit:J'espère que tu porteras pas la poisse :pompom:

Comme si vous avez besoin de mon aide pour perdre contre l'Inter. :tongue:
Sur les deux dernières saisons, la Samp a 2 défaites, 2 nuls & une victoire contre l'Inter...peut mieux faire!

Par contre, la Juve, après avoir perdue 2-1 contre la Lazio à l'aller, est menée 2-0 à domicile au retour...
Donc, si la Samp veut aller en Europe la saison prochaine, il faudra non seulement se qualifier pour la finale mais en plus la remporter...à Rome face à la Lazio...

ps:
Logiquement, on annonce 15000 supporters de la Samp demain à San Siro.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par sanoban le Mer 22 Avr - 23:50

@Abdou a écrit:
schuminator a écrit:J'espère que tu porteras pas la poisse :pompom:

Comme si vous avez besoin de mon aide pour perdre contre l'Inter. :tongue:

Je croyais que tu disais "on" :tongue:
avatar
sanoban
Hincha Devil
Hincha Devil

Nombre de messages : 6967
Age : 27
Date d'inscription : 27/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Abdou le Jeu 23 Avr - 20:32

@sanoban a écrit:Je croyais que tu disais "on" :tongue:

Comme tu peux le voir mon soutien ne semble pas être désiré dans les parages. :book: :maad:

_________________
avatar
Abdou
La Team
La Team

Nombre de messages : 8261
Age : 28
Date d'inscription : 26/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Jeu 23 Avr - 20:44

:sad:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Abdou le Jeu 23 Avr - 21:09

J'avais pas percuté (j'avais oublié surtout) que la Samp avait gagné 3-0 à l'aller.

Sinon j'avais pas vu que Balotelli avait été visé par des insultes racistes de la part des tifosi de la Juventus. :book: J'espère que des mesures seront prises pour une fois car bon à un moment il faut trouver mieux que les amendes ridicules.

_________________
avatar
Abdou
La Team
La Team

Nombre de messages : 8261
Age : 28
Date d'inscription : 26/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Jeu 23 Avr - 21:38

La Juve a été suspendue d'un match à huis clos.

Sur la demi retour, fait chier, je sens qu'on va pas tenir.
25 très bonnes minutes de la Samp avec une belle tête de Pazzini et surtout le face à face perdu par Sammarco sur l'ouverture de Cassano dans les premières minutes de la rencontre.
Très beau but de Zlatan...mais j'aimerais bien revoir le ralenti des 30 secondes d'avant parce que Sammarco qui part seul au but et est sifflé hors jeu, j'en suis pas convaincu (et les commentateurs de la RAI non plus d'ailleurs)...ça fait chier, parce que si y'avait pas hors jeu, ça change la rencontre...
Enfin bon, sur les 20 dernières minutes, c'est un exploit de rentrer aux vestiaires avec seulement un but de retard.
Sinon, Vieira doit en être au moins à 10 fautes dont 3 mains..

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Jeu 23 Avr - 22:40

:samp:

Et Mourinho qui dit à la tv que l'arbitrage a été pro Samp et que c'est pour ça que l'Inter a pas pu inverser la tendance :wub:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Abdou le Jeu 23 Avr - 22:51

J'ai regardé que la deuxième mi temps et de ce que j'ai vu la Samp a beaucoup subit mais a été plutôt convaincante dans ses situations offensives. Après le fait d'avoir trois buts d'avance à du beaucoup jouer dans le choix de ne pas se livrer et d'avoir le soucis de bien défendre en priorité.

En tout cas en Italie il y a pas mal de tirage de maillot sur coup de pied arrêtés, on dirait qu'il n'ont pas fait la connaissance de Tonio Chaproni. :book:

_________________
avatar
Abdou
La Team
La Team

Nombre de messages : 8261
Age : 28
Date d'inscription : 26/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Jeu 23 Avr - 22:52

Tu comprends mieux pourquoi Mexès a du mal quand avec l'équipe de France on sanctionne les tirages de maillot :loool:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par tibentus le Ven 24 Avr - 18:21

Content pour la Samp... L'Inter ne trustera pas tout au moins, cette année.

Pour la Juve et les cris racistes, c'est tout à fait scandaleux. En tant que supporters des Bianconeri, je me sens honteux...
Ces abrutis qui sifflent Balotelli, ce seront les premiers à l'encourager quand il portera le maillot de la "Nazionale".
avatar
tibentus
Juventino
Juventino

Nombre de messages : 1621
Age : 47
Date d'inscription : 23/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Lun 27 Avr - 13:20


Samp-Cagliari 3-3.
L'un des plus beaux matches que j'ai vu ces dernières années. Super agréable à regarder malgré des conditions climatiques toutes pourries. Les deux équipes ont joué pour marquer un but de plus que l'adversaire pendant 90 min...ça aurait pu finir à 6-6 tellement y'a eu d'occa! Vraiment un super match!
Premier match titulaire en Serie A pour Guido Marilungo, le buteur de la Primavera de la Samp (19 ans) et il s'offre le doublé e première période! :smile:
Cassano énormissime hier...encore plus que d'habitude je crois...le fait que ça ait joué du total attaque a été une aubaine pour lui, il s'est régalé. En tout cas, un bon coup dans la gueule à ceux qui disent qu'il n'a pas de condition physique parce qu'aujourd'hui il a pas arrêté de courir pendant 90min....
Deux points de perdus à domicile mais vu le match offert, même pas déçu!


Les italiens et le foot :cool:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Dim 3 Mai - 12:45

Antonio Cassano, la légende du Saint Dribbleur

Sous un déluge universel, Antonio Cassano fait des merveilles, démontrant une fois de plus être un joueur hors du commun.

Qu’est-ce qu’un fuoriclasse ? De cette question, vieille comme le calcio et apparemment jamais résolue, repart le championnat de la Sampdoria, après l’ivresse de jeudi dernier et de la qualification pour la finale de Coppa Italia.

Comme cela se sait, une première tradition de fuoriclasse, avait en Di Stefano et Pelé ses plus grands messagers, démontrant comment le fuoriclasse était un « animal rationnel », un être doté de liberté et de fantaisie mais également de grande éthique et d’un savoir indestructible lors des moments clés. Que dire par contre des funambules un peu psychotiques, éternellement sous l’emprise de leur génie, des joueurs destinés à faire l’histoire, surtout en s’appuyant sur leur côté sombre ?

Vicieusement pervers, que ce soit dans leurs magies sur le terrain ou leurs excès hors de ceux-ci… Au cours des années cinquante et soixante, cette catégorie de fuoriclasse fut représentée par George Best, Nacka Skoglund, Tito Cucchiaroni et Garrincha… Des champions non définissables sur ce qu’il faisaient ou les capacités qu’ils possédaient mais seulement pour ce qu’ils étaient, leur façon d’exister, de vivre…

Puis vint Diego Armando Maradona… Un nouveau stéréotype de fuoriclasse, né à la fin des années soixante… Le dernier, avant certains joueurs de nos jours, à avoir été capable d’émouvoir avec un ballon entre les pieds. Un fuoriclasse qui était un fuoriclasse parce que, bizarrement, il vivait « comme un phénomène » même dans les situations les plus graves. Une façon « humaine » d’être fuoriclasse, souffrante, surréelle, esclave de son génie et presque pervers au moment de l’utiliser.

Arriva, enfin, Antonio Cassano. Un fuoriclasse qui enchante, même lorsqu’il déraisonne, qui est libre tout en étant esclave de son inestimable bagage, qui montre d’inédits traits de moralité du talent, là où ce dernier est presque toujours synonyme de perversion. Peut-être, à la lumière de cette dernière saison du Pibe di Bari en blucerchiato, il faudrait redéfinir le concept de fuoriclasse.

Peut-être qu’il faudrait considérer des prestations comme celle contre Cagliari sous un angle différente, comme un lieu privilégié de l’observation d’un Champion. C’est lors de rencontres comme celle de dimanche qu’émergent, à travers les gouttes de pluie sur le visage, à qui veut les voir, des magies presque imperceptibles, des sensations et émotions, la sensation que chaque fois que le Champion touche le ballon il va se passer quelque chose d’important…

Dans des matches comme celui de dimanche face à Cagliari, peut-être, nous pourrions apprendre une fois de plus comment le foot, le savoir de ne rien savoir du mystère du fuoriclasse et de ses intentions, doit être incarné non pas dans la logique du business mais dans la dignité de cet être mystérieux, dont la force pourrait consister en rien d’autre que dans l’être finalement aimé.

Voici donc la nouvelle histoire d’Antonio Cassano Sampdoriano. Ça commence avec une recherche continue, presque protectrice du gamin Marilungo qui joue son premier match titulaire, comme s’il voulait bénir un début qui doit absolument rester dans les mémoires. Suivent, ensuite, de continus traits de génie, jusqu’à contraindre les adversaires, dépassés par un répertoire de futuriste supériorité génétique, à capituler face à une grandeur qui n’a dorénavant plus rien à voir avec le contrefait. Et enfin, l’image d’un garçon couvert de pluie et heureux qui court saluer ses supporters, incapable de faire sans eux et justement pour cette raison, aimé démesurément.

Vous vous souvenez des merveilleuses lignes de Joseph Roth dans le livre « La Légende du Saint Buveur » ? Quand Antonio Cassano est arrivé à Gênes, il portait en lui le discours d’Andreas Kartak que tout le monde lui avait collé : « Voilà ce que je suis vraiment : méchant, rond, mais bien en jambe »…Un homme, avant d’être un footballeur, qui se ne préoccupait de rien, d’aucune apparence, convention ni même de son éducation… Le prototype, en somme, du fuoriclasse un peu psychotique des années soixante…

Mais la Sampdoria et les Sampdoriani ont accompli un miracle, et lui également, le Cassano Blucerchiato, devenu entre-temps le « Saint Dribbleur » : si, comme disait Roth, toutes les idoles sociales, un jour ou l’autre, sont destinées à chuter, lui – qui est tombé déjà quelques fois – s’est définitivement relevé, grâce à la solidarité des hommes comme lui et grâce à l’amour invétéré pour les choses que l’on peut toucher, goûter, jouir : comme les boissons bien sûr, mais surtout comme l’inimitable et inconditionnel amour de ses supporters, de sa Gradinata.

Tout le monde aujourd’hui exalte le Cassano retrouvé sur le terrain, mais en réalité celui-ci n’a jamais été perdu. Il faudrait au contraire exalter l’épaisseur humaine qu’Antonio démontre dorénavant et son lien extraordinaire avec les tifosi Sampdoriani. Et ce lien dit sans aucun doute quelque chose de plus intéressant sur les gestes techniques, lesquels s’enchainent dorénavant avec une constance impressionnante, plutôt que ce que disent quotidiennement ceux qui le regardent de l’autre côté de la frontière.

Le fuoriclasse Antonio Cassano et la Sampdoria : une histoire qui « doit » être destinée à continuer.

Texte de Matteo Asquasciati, Goal.it

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Dim 3 Mai - 12:46

Centième derby de Gênes dimanche

Dimanche soir à Marassi, rendez-vous pour le plus beau derby italien, celui de la Lanterna entre le Genoa et la Sampdoria. Cette rencontre sera spéciale puisqu’il s’agira de la centième rencontre entre les deux clubs de Gênes toutes compétitions confondues.

Le premier derby a lieu le 3 novembre 1946, à Marassi déjà, devant les yeux d’Enrico de Nicola, président de la République. Cette première rencontre est remportée 3-0 par la nouvelle équipe, la Sampdoria, laquelle gagnera également le match retour (3-2). Dans l’histoire du derby della Lanterna, il arrivera seulement à trois autres reprises que l’une des deux équipes ne remportent les deux derbys de la saison : la Samp en 1950-51, en 2002-03 (avec trois derby remportés si l’on ajoute la victoire en Coppa Italia) et en 1964-65 pour le Genoa. A l’heure actuelle, le bilan est ainsi divisé : 24 victoires Genoa, 33 Sampdoria et 42 matches nuls.

Si le Genoa est le plus vieux club de football italien référencé (1893), la Sampdoria, elle, a été fondée en 1946 par la fusion de la Sampierdarenese et de l’Andrea Doria. Ce derby est donc l’occasion de revenir à son origine, à la création de la Sampdoria.

La Società Ginnastica Comunale Sampierdarenese fut crée le 6 juin 1891 sur l’initiative de l’Associazione studentesca Gymnasium (1878) et du Mutuo Soccorso Universale (1851)
Son premier président fut Andrea Terrile, dont le grand engagement financier permit à la Società de participer aux majeures compétitions nationales et internationales de cette époque.
À la gymnastique, activité initialement pratiquée, d’autres disciplines virent rapidement se rajouter dont bien évidemment le football.

La Sampierdarenese Calcio réussit à obtenir de bons résultats dans les premières décennies des années 1900 en disputant, dans le Stade de Villa Scassi, huit championnats Série A, avec comme point culminant la finale du championnat FIGC de 1922, perdue seulement au match d’appui contre la Novese sur le terrain neutre de Cremone
Dans son histoire, la Sampierdarenese Calcio a eu l’honneur d’avoir deux de ses joueurs convoqués en Equipe nationale : Ercole Carzino, lors de Suisse-Italie du 6/11/1921 et Bruno Venturini, gardien de but et Champion olympique à Berlin en 1936.

En 1927, le régime fasciste au pouvoir décida de faire fusionner la Sampierdarenese, la Corniglianese et l’Andrea Doria sous le nom de La Dominante.

La nouvelle formation au maillot noir et vert pour laquelle fut construit le Stade Littorio à Cornigliano eut une vie (très) brève. Rétrogradée en Série B après seulement deux saisons d’existence, le club fusionna à nouveau avec Rivarolese et Sestrese sous le nom de Liguria FBC. Mais bien vite, ce club crée de toutes pièces par décision politique se retrouva en Série C et n’eut plus les moyens financiers d’envisager un avenir sportif et économique…

Les dirigeants « historiques » de la Sampierdarenese furent donc rappelés et dès la saison1931-32, obtinrent la promotion en Série B et la possibilité de retrouver l’ancienne dénomination et les couleurs rouge et noire, traditionnelles du club, mais après trois ans passé au plus haut biveau, le club devenu Génois (Sampierdarena n’a été rattaché à Gênes qu’en 1926) dû, encore une fois, tout en conservant cette fois ses couleurs, rejouer, toujours par décision du pouvoir fasciste, sous le nom de Liguria.
Sous cette appellation, le club disputa huit championnats de Série A et un e Série B, jusqu’au dernier championnat d’avant-guerre en1944. Dans le premier championnat de après-guerre il retrouva l’appellation de Sampierdarenese, mais des problèmes financiers continus obligèrent à nouveau les dirigeants du club à engager une fusion avec la Società Ginnastica Andrea Doria…

La Società Ginnastica Andrea Doria est une équipe de football historique qui fut fondée à Gênes en 1895.
Son nom se voulait un hommage au condottiere et Amiral de Gênes, Andrea Doria qui au début du XVIème siècle restaura la liberté de Gênes ( il fût un des plus grands généraux et des meilleurs marins de son siècle), la Società Ginnastica était à sa création uniquement destinée aux seules compétitions de gymnastique, mais bien vite ses athlètes s’essayèrent à des parties de football improvisées avec les joueurs du Genoa Cricket and Athletic Club, fondé à peine deux ans plus tôt…

Dans ces années fondatrices de ce qui sera bientôt une passion nationale et internationale, le plus célèbre des footballeurs de l’Andrea Doria fut Francesco (Franz) Calì. Un joueur passé par le club anglo-ligure du Genoa, qui joua de 1902 à 1910 pour la « plus genovese » Società Andrea Doria et qui fut considéré comme le « capo » charismatique de l’équipe, devenant le 15 mai 1910 le premier capitaine de l’équipe nationale italienne…

Parmi les joueurs les plus célèbres qui vêtirent le maillot « doriano », on trouve aussi Ansaldo, Baldini, Fresia, Gramaglia, Torti ou encore Burlando, Santamaria et Sardi qui ont aussi porté celui du Genoa.
En 1895, le stade de la Societa Ginnastica Andrea Doria, surnommé la Cajenna se situait transversalement à l’emplacement actuel du stade Luigi Ferraris tel qu’il est aujourd’hui, là, ironie du sort, où est située la Gradinata Nord des ultras du Genoa !

Des documents historiques rapportent en effet que le Marquis Musso Piantelli, socio du Genoa Cricket and Football Club, céda définitivement en 1909 à l’Andrea Doria une partie de ses terrains et offrit au club rossoblu une autre parcelle de cette propriété pour la construction d’un stade, l’actuel Luigi Ferraris qui sera inauguré le 22 janvier 1911.

Ainsi, les stades du Genoa et celui de l’Andrea Doria n’étaient séparés qu’un d’un grillage. La cohabitation dura 15 ans et en 1926, le Genoa racheta à l’Andrea Doria son terrain contre une indemnité de 20.000 lires (et le transfert du gardien de but Manlio Bacigalupo). Et c’est sur cet emplacement que fût construite la Gradinata Nord…
La formation doriana qui portait un maillot blanc et bleu fit ses débuts dans le championnat le 9 Mars 1902 en perdant le derby contre le Genoa (3 à 2) et participa jusqu’à 1913 à cette compétition.
Le 2 Juillet 1927 par décision du régime fasciste le club dut fusionné avec la Sampierdarenese et la Corniglianese sous le nom de AC La Dominante.

Rétrogradée en Série B au terme du championnat 1928-29, l’année suivante le club pris le nom de Ligurie FBC, en assimilant même Rivarolese et Sestrese, mais descendu en Série C, les diverses équipes formant La Liguria décidèrent de reprendre leurs propres identités…
En 1939-40, l’Andrea Doria tomba en quatrième Série et disparut. En 1944, elle se reconstitua en Società SG Andrea Doria et l’année suivante, la FIGC l’autorisa à participer au Girone Nord di Alta Italia (appellation provisoire de la Série A).

En 1945-46 l’Andrea Doria se classait 9ème tandis que la Sampierdarenese termina 14ème et dernière du Girone Nord di Alta Italia…
La Sampierdarenese, en crise financière n’avait plus les moyens de se maintenir en Série A, alors que la riche formation doriana avait passé la majeure partie des quinze dernières années dans les Séries mineures.
Le 12 août 1946, les deux formations s’unirent pour la deuxième fois et de cette union des deux « sociétés » Genovesi naquit l’Unione Calcio Sampdoria. Non seulement il fut décidé de donner à l’équipe un nom rappelant ses origines, mais également un maillot qui « unissait » les couleurs des deux équipes, le blanc et le bleu de l’Andrea Doria, avec le rouge et le noir de la Sampierdarenese. C’est ainsi que fut conçu le maillot absolument unique de la Samp, sûrement l’un des plus originaux du panorama mondial actuel. Un maillot bleu enfermant deux bandes blanches dans lesquelles se retrouvent deux autres bandes, une rouge et une noire avec au centre la croix de San George (Référence aux armoiries de la Ville de Gênes). Un maillot présenté (à juste titre) par les supporters blucerchiati comme « la maglia più bella del mondo » (le plus beau maillot du monde !)

Le Derby della Lanterna pouvait alors débuter pour notre plus grand bonheur…

Source: http://om1899.football.fr/

Derby della Lanterna : anecdotes et chiffres

Chaque derby a ses histoires. Certaines naissent sur le terrain, d’autres en-dehors. On peut mourir à cause du derby. Le 11 avril 1983 : un retraité, tifoso rossoblù, est touché par un infarctus dans la tribune latérale. Ce même jour, il y eut quelques blessés parmi lesquels Luca Pellegrini, Capitano de la Samp, victime d’une clavicule luxée et Massimo Briaschi touché par une pièce de monnaie au visage.

Il est arrivé qu’un tifoso blucerchiato soit arrêté, après avoir tenté de voler un drapeau du Genoa. Découvert par les tifosi rossoblù qui ne le laissaient plus redescendre, le doriano était resté accroché à un poteau durant de longues minutes avant d’être secouru par les carabiniers.

Il est également arrivé qu’un tifoso tente de se suicider, la raison ? Le jeune homme de 32 ans a mal réagi lorsqu’il a appris que tous les billets pour le derby était vendu, il se jeta dans le Bisagno avant de se couper les veines avec une pierre.

Il y a des derby passés à la postérité grâce à du papier hygiénique, des rouleaux jetés par la Gradinata Nord en direction de Pagliuca puis du président du Genoa, Spinelli, au cours d’une rencontre en novembre 1992.

Il y a également des derby qui ont fait mal : le 22 avril 1951, le but de Sabbatella inscrit à Bonetti à trois minutes de la fin de la rencontre, envoyait le Grifone en Serie B. Celui de Pruzzo inscrit à Di Vincenzo le 13 mars 1977 envoyait avec certitude mathématique les blucerchiati parmi l’échelon inférieur.

Il y a des joueurs, trois, qui ont marqués pour les deux équipes lors du derby : Giuseppe Baldini (4 buts en blucerchiato, 1 en rossoblù) et Eddie Firmani (2 buts en blucerchiato, 1 en rossoblù) et Barison (2 en rossoblù, 1 en blucerchiato).

Le derby record en terme d’affluence fut celui du 28 novembre 1982 avec 57815 spectateurs, score maintenant inaccessible à cause/grâce aux consignes de sécurité.

A noter le 10 mai 1981, le derby appelé « le derby des aveugles » à cause du déluge qui frappa Marassi ce jour là et l’impossibilité pour les tifosi de voir quoi que ce soit, les gens étant tous massés les uns sur les autres pour se protéger de la pluie.

La plus grosse victoire dans le derby est blucerchiata : Le 17/10/1948, en Serie A, la Samp s’impose 5-1 avec des buts signés Curti (x2), Baldini, Bassetto et Prunecchi contre un but de Corradini pour le Genoa. La plus grosse victoire genoana est une victoire 3-1 le 20/10/1957 avec des buts signés Firotto, Corso et Leoni contre un but de Firmani pour la Samp.

Le meilleur buteur du derby : Bassetto, le buteur de la Samp est le meilleur marqueur de l’histoire du derby avec cinq buts inscrits entre 1946 et 1951. Du côté rossoblu, le meilleur réalisateur est Damiani avec trois buts inscrits entre 1976 et 1979.

Jamais plus d’un doublé : Dans l’histoire du derby, jamais un joueur n’a réalisé de triplé. Sept joueurs doriani ont réalisé le doublé (Bassetto, Conti, Curti, Cucchiaroni, Da Silva, Montella, Skoglund) contre quatre rossoblù (Briaschi, Damiani, Di Pietro et Nappi).

Ce derby est le centième de l’histoire mais n’est que le cinquante-cinquième en Serie A, voici le bilan :
- 11 victoires du Genoa.
- 20 victoires de la Samp.
- 23 matches nuls.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Dim 3 Mai - 12:46

Genoa-Samp : Entre spectacle et tactique

Le Derby della Lanterna n’est pas célèbre pour être un derby riche en buts – La Samp en a marqués 70, le Genoa, 50 – mais ce qui fait sa beauté et son charme c’est le spectacle qu’il s’y déroule dans les tribunes du Stadio Luigi Ferraris, là où les deux tifoserie nous ont habitués par leur passion et leur chaleur à mettre le feu au stade grâce aux chorégraphies et chants, un vrai match dans le match.


La Gradinata Nord, antre des rossoblù.


La Gradinata Sud, place forte des doriani.

Le match :

Les deux formations arrivent avec une stimulation totalement opposée au moment de participer à cette rencontre. Le Genoa, en effet, après ses deux dernières contre-performances, se doit de faire un résultat afin de reprendre la quatrième place au classement et jouer ses chances jusqu’au bout pour la qualif’ pour le tour préliminaire de la prochaine Champions League. La Samp, elle, n’a plus rien à espérer de ce championnat manqué, à cause de l’hécatombe de blessures, à cause de faillites individuelles, et n’a plus qu’un seul objectif, se concentrer uniquement sur la finale de la Coppa Italia, face à la Lazio. Cependant, les joueurs auront certainement envie de battre les cousins rossoblù pour le bonheur des doriani mais aussi pour contraindre le Genoa à ne participer qu’à la prochaine Europa League.

La tactique :

Le match s’annonce ouvert et pour mieux comprendre quels facteurs pourraient faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre, voici une petite analyse pour comprendre quels pourraient être les duels qui s’avéreront décisifs. Le Genoa évoluera très probablement dans on habituel 3-4-3 avec Criscito qui, en phase défensive, peut devenir un quatrième défenseur, transformant le système en 4-3-3 avec un trident offensif fixe : Palladino-Milito-Sculli. De coté de la Samp, il est presque certain, malgré un essai de 3-4-3 de Mazzarri à l’entrainement, que l’équipe évoluera dans son habituel 3-5-2 qui devient un 5-3-2 en phase défensive avec Pieri et Stankevicius (ou Padalino ou Raggi) qui reviennent défendre sur les côtés.

Les matches dans le match :

Palladino-Pieri/Lucchini : Il est presque certain qu’en phase offensive, le numéro 10 rossoblù sera pris au marquage par Pieri, plutôt bon défensivement, mais également Lucchini afin d’éviter tout un contre un.

Sculli-Campagnaro/Stankevicius (ou Padalino ou Raggi) : Le discours est identique sur le côté droit de la défense blucerchiata qui aura fort à faire avec Sculli. Mais l’idole de la Gradinata Sud, Hugo Armando Campagnaro, a déjà prouvé qu’au top de sa forme il ne craignait aucun joueur de Serie A. Au cas où le danger serait trop important, il serait épaulé par le milieu droit du 3-5-2 qui sera Stankevicius (ou Raggi) si la Samp décide de mettre en place un jeu plus défensif ou Padalino si Mazzarri choisit une option offensive.

Milito-Gastaldello : Duel physique et qui sera décisif entre le défenseur central de la Samp et le buteur argentin, auteur de l’unique but de la rencontre au match aller. Les champions se voient dans les grandes rencontres, Milito devrait logiquement encore frapper un grand coup.

Thiago Motta-Palombo : Ce duel sera peut-être la clé du match. La plupart des ballons des rossoblù passent par les pieds de l’ancien barcelonais ; Palombo aura ainsi un rôle fondamental dans la performance de son club. Absent au match aller suite à sa grosse blessure (4 mois et demi d’absence), le capitaine de la Samp pourrait également être épauler selon le jeu par Franceschini voire Sammarco. Ce duel entre deux des joueurs les plus demandés sur le mercato italien vaudra le coup d’œil.

Ferrari-Pazzini : Autre combat décisif a priori. Le « Pazzo » est en bonne forme depuis son arrivée à Gênes et le prendre au marquage ne s’avère pas si facile que ça. Ferrari, l’un des meilleurs rossoblù de la saison, s’occupera personnellement de son cas et sera aidé au cas où par Biava ou Bocchetti voire même par Juric, véritable libéro du milieu de terrain.

Cassano : Pour lui, il s’agira d’un discours à part. Le phénomène de Bari vecchia est la plupart du temps impossible à prendre au marquage individuel, il est ainsi difficile de savoir quelle défense Gasperini mettra en place sur lui. Il est probable que, comme lors du match aller, Cassano soit toujours pris au marquage par deux hommes minimum, trois voire quatre dans les moments chauds, Gasperini sachant parfaitement que toutes les actions de la Samp passent par lui et que bloquer Cassano signifie enlever 95% de chances de l’emporter aux doriani.

Après cette petite analyse, il ne nous reste plus qu’à attendre la rencontre prévue demain soir à 20h30, en espérant que le spectacle, contrairement au match aller, sera au rendez-vous non seulement en tribunes mais également sur le terrain. Que cette rencontre soit signe de fair play et de beau jeu comme cela a si souvent caractérisé le Derby della Lanterna au cours des décennies.

Derby della Lanterna : This is Genoa !

Au cours d’un précédent article (Centième derby de Gênes dimanche), nous évoquions la naissance de la Sampdoria, en 1946, et donc l’origine du Derby della Lanterna. Pourtant, dans le passé, le Derby existait entre le Genoa, déjà présent, et les clubs fondateurs de la Samp. Retour sur l’histoire du Genoa, de son origine à la création du Derby actuel en 1946.

Le Genoa Cricket and Football Club est le club italien qui détient le document le plus ancien attestant de sa fondation, en 1893. Le club, dans les premières années du XXème siècle a remporté neuf titres de champions, le premier en 1898, le dernier lors de la saison 1924.

Avec l’ouverture du Canal de Suez (1869), Gênes était devenu un important port commercial attirant les compagnies commerciales étrangères parmi lesquelles des anglaises. Ces derniers se rendirent immédiatement compte que le football attirait l’attention de ce côté-ci du monde et ils décidèrent de créer un club sportif (Genoa Cricket and Athletic Club) comprenant la pratique de nombreux sports dont le football, le waterpolo, le cricket.

En 1899, le club changea de nom, devenant Genoa Cricket and Football Club et même de stade, quittant le quartier de Sampierdarena (à l’origine, cinquante ans plus tard, de la création de la Sampdoria) pour celui de Ponte Carrega, au bord des rives du Bisagno. A cette époque là, en Italie, on compte peu d’équipes à part le Genoa : la Società Ginnastica Torino, la Juventus, l’International Football Club di Torino (appelée Internazionale),le Football Club Torinese, l’Unione Pro Sport Alessandria, le Football Club Liguria, ainsi que d’autres équipes dont les documents ont disparu.

Le 6 janvier 1898, à Ponte Carrega, se disputa la première rencontre en Italie entre deux équipes de villes différentes : un mélange des équipes turinoises de L’International et du Football Club affronta le Genoa, l’emporta 1-0 avant de perdre sur le même score le 9 mars suivant.

En 1898, le 8 mai, prit place en une seule journée le championnat national de football italien, un tournoi opposant quatre équipes. Le Genoa battit la Ginnastica Torino 2-1 puis l’Internationale sur le même score, devant champion d’Italie en une journée !

Le règlement prévoyait à cette époque là que le Champion en titre était qualifié d’office pour la finale nationale de la saison suivante. En 1899, le Genoa battit de nouveau l’Internazionale 2-1 et remporta donc son second Scudetto sur un match ! L’année suivante, rebelote , victoire cette fois-ci face au FC Torinese, 1-0 et troisième scudetto remporté. Malheureusement, l’année suivante, le Genoa se voit battu en finale par l’AC Milan. Lors des trois saisons suivantes, le Genoa s’adjujea de nouveau le Scudetto : 2-0 face au Milan en 1902 (cinq matches remportés dans la saison), Genoa-Juventus 3-0 en 1903 (un match pour remporter le titre), et de nouveau une victoire face à la Juve 1-0 en 1904 (un match pour remporter le titre).

Le club connut alors un passage à vide mais remporta le titre de 1915, sur décision de la FIGC, alors que le championnat avait été interrompu pour cause de guerre. Entre temps, le championnat était devenu une compétition similaire à celle que nous connaissons aujourd’hui, même s’il était divisé en deux championnats : celui du Nord et du Sud avec les deux champions qui s’affrontaient en matches aller/retour. Les rossoblù attendront 1923 et 1924 pour remporter ses actuels derniers titres, les huitième et neuvième battant la Lazio (4-1 à l’aller, 2-0 au retour) puis Savoia (3-1 à l’aller, 1-1 au retour). A noter qu’en 1923, le club resta invaincu durant toute la saison, record qui ne sera égalé que soixante-dix ans plus tard par l’AC Milan. En 1925, le Genoa se fit « voler » clairement le titre par Bologna, avec une grosse magouille de l’arbitrage (déjà) made in Italy, ce scandale ayant été classé dans la quotidien britannique « Guardian » comme le plus grand tort arbitral de l’histoire du calcio.

Le Genoa, en plus d’être l’équipe la plus forte, la plus connue et la plus titrée de son époque, avait des tifosi dans toute l’Italie mais aussi en Argentine où de nombreux génois avaient émigrés pour faire fortune (le club de Boca Juniors a d’ailleurs été créé par des génois). Le Grand Genoa des années 20 fut la première équipe italienne à faire des tournées en Amérique du Sud, en Argentine et Uruguay, jouant même contre les sélections nationales de ces pays.

En 1929/30, lors du premier championnat de Serie A de l’histoire, le Genoa échoua en deuxième position au classement final, jamais plus les rossoblù ne passeront aussi prêt d’un titre, connaissant même la Serie B durant la saison 1933/34. En 1937, le Genoa remporte ce qui est encore à l’heure actuelle son unique Coppe Italia, en battant en finale la Roma 1-0. Durant les sept/huit années suivantes, le Genoa sera toujours classé parmi les meilleurs équipes du pays, confirmant son statut d’ancien cador du foot italien.

Durant toutes ces années, le Genoa connaitra le Derby, sous une forme différente que l’actuel. Le premier derby de Gênes eut lieu le 9 mars 1902 entre le Genoa et l’Andrea Doria, victoire 3-1 des rossoblù. Voici le bilan de ces années là : 22 victoires Genoa, 5 de l’Andrea Doria et 9 matches nuls. Il y eut également les rencontres face à la Sampierdarenese (3 victoires rossoblù, 1 Sampierdarenese, 2 nuls) et l’équipe de Liguria (5 victoires Genoa, 6 victoires Liguria, 1 nul).

Après la seconde guerre mondiale, en août 1946, le Genoa voit naître la Sampdoria, un nouvel ennemi qui lui fera de l’ombre. En soixante-trois années d’existence commune, le Genoa finira devant les doriani à seulement sept reprises (bientôt huit après cette saison) et connaitra la honte de la relégation sportive en Serie C1 puis relégation pour corruption. Cette saison, pour la première fois depuis vingt-sept ans, la Genoa va reprendre la suprématie sur la ville et redonner au club ses lettres de noblesse.

Les années les plus dures pour les tifosi rossoblù semblent maintenant passées et le Grifone, tel un Phoenix, semble prêt à reprendre son vol vers les sommets.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Dim 3 Mai - 20:22

http://www.myp2p.eu/broadcast.php?matchid=37572&part=sports
Si jamais le derby intéresse quelqu'un.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Dim 3 Mai - 22:27

Genoa - Doria 3-1.
:yeah:

Je parlerai même pas de l'arbitrage catastrophique, avec le match qui s'est fini à 9 contre 10, des buts hors jeu, des fautes pas sifflées, des coups de poings...pas une belle pub pour le foot! (Quand même trois buts pas valables sur quatre, un péno oublié pour la Samp & Cassano mis au sol à chaque toucher de balle...et c'est Cassano qui s'est pris un jaune pour s'être plaint en fin de match)
Bravo à Milito pour son triplé!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par sanoban le Mar 5 Mai - 17:00

Premier triplé dans un derby visiblement. Merci pour toutes les infos en tout cas, c'était très intéressant!
avatar
sanoban
Hincha Devil
Hincha Devil

Nombre de messages : 6967
Age : 27
Date d'inscription : 27/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Mar 5 Mai - 17:17

Premier triplé dans CE derby. Montella avait fait un quadruplé lors d'un Roma-Lazio.

Derby della Lanterna : Tout sauf du foot…

Match combattu et nerveux dés l’entame du match et jusqu’à la dernière seconde des arrêts de jeu. Un nombre incalculable de fautes, des bagarres, des cartons jaunes et rouges, des erreurs d’arbitrage…seul Milito, premier joueur de l’Histoire du derby à réaliser un triplé, sort de la grisaille.

Lors du premier quart d’heure, la Samp part à l’abordage et domine tout le début de la rencontre, pressant très haut les rossoblù et récupérant tous les ballons, une tactique que n’avait semble-t-il pas prévu Gasperini. Durant cette période, Pazzini se crée une grosse occasion mais manque le cadre alors qu’il se trouvait en bonne position à dix mètres du but.

Après ce premier quart d’heure de jeu, le Genoa comprend qu’il lui sera impossible d’obtenir un bon résultat s’il reste à attendre devant ses buts, et se met donc à jouer plus haut. La Samp se retrouve alors plus en difficulté et le match en gagne en intérêt. C’est sur un exploit individuel de Milito, qui arrive à se défaire du marquage, que le Genoa se crée sa première grosse occasion avec une frape qui contraint Castellazzi à repousser en corner. Sur ce dernier, l’attaquant argentin, suite à une déviation de Biava, profite d’un mauvais marquage doriano pour pousser le ballon au fond des filets au second poteau. Le Genoa mène 1-0 et la Samp confirme qu’elle est l’une des plus mauvaises équipes de Serie A sur coups de pieds arrêtés. Le Genoa poursuit alors sa tactique claire et simple : dés que Cassano touche le ballon, on effectue une faute afin de le bloquer dans ses initiatives ; l’arbitre ne distribuant jamais de cartons, la tactique s’avère payante. Alors que les deux équipes étaient sur le point de reprendre le chemin des vestiaires, Campagnaro égalisa : Palombo à l’entrée de la surface récupère le ballon et tente sa chance, le ballon contré revient sur le défenseur argentin, hors jeu de quelques centimètres, et qui s’en va battre Rubinho.

La seconde période reprend comme avait débuté le match avec une Sampdoria plus incisive et qui se crée même une occasion énorme : Cassano transmet pour Campagnaro lequel centre de volée pour Sammarco ; ce dernier, esseulé aux six mètres, envoie le ballon lamentablement au-dessus de la cage genoana. La rencontre se poursuit sur le même rythme qu’en première mi-temps, un rythme haché par les fautes, les gestes d’anti-jeu, surtout du côté genoano qui poursuit son plan de jeu de la faute tactique. A la 73ème minute, Milito, hors jeu d’au-moins deux mètres, se retrouve seul face à Castellazzi et redonne l’avantage au Genoa. Le match devient encore plus nerveux, avec des bagarres générales, à partir desquelles seront expulsés Ferrari, Campagnaro et Thiago Motta. L’oubli d’un penalty sur Pazzini est d’ailleurs à l’origine d’un de ces échauffourées : Ferrari met au sol Pazzini en le tirant par le maillot mais l’arbitre Morganti ne sanctionne pas la faute.

La Samp pousse alors comme une folle pour tenter l’égalisation mais au contraire, c’est le Genoa qui inscrira un troisième but, lui aussi marqué par une erreur d’arbitrage : Palombo se fait faucher au milieu de terrain sans que l’arbitre ne réagisse et Palladino et Milito partent tous les deux en face à face avec Castellazzi lequel ne pourra empêcher l’argentin d’inscrire son troisième but de la soirée. Le Genoa se replace encore et toujours pour la course à la Champions League alors que pour les blucerchiati, dans huit jours et la finale de la Coppa Italia, il sera temps de faire un bilan sur cette saison qui se jouera donc sur un match.

Toujours est-il que sur les quatre derby disputés depuis le retour du Genoa parmi l’élite l’an dernier, il ne fait aucun nul doute que le foot n’en est pas gagnant : un match soporifique pour débuter, une rencontre ouverte avec du foot (ouf !) et cette saison, deux matches qui n’ont rien à voir avec du football tant les rencontres ont été marquées par des fautes, des coups bas… Heureusement, comme toujours, le spectacle dans les tribunes a été magnifique, mais l’an prochain, il faudra revenir à l’essentiel : du jeu ! Ces deux équipes ont les hommes (si elles les conservent) pour le faire !



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Mer 13 Mai - 21:40

Finale de Coppa Italia: 1-1 à la mi-temps.
Rosetti qui fait de la merde: ouverture du score consécutif à une faute non sifflée de sa part. Un penalty en faveur de la Samp.
Arbitrage maison.
Grazie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Abdou le Mer 13 Mai - 21:52

schuminator a écrit:Grazie.

mile. :cool: :notte:

Schumi t'a pas pu faire le déplacement ou t'en a juste pas eu envie ?

_________________
avatar
Abdou
La Team
La Team

Nombre de messages : 8261
Age : 28
Date d'inscription : 26/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Mer 13 Mai - 21:59

Trop le bordel...j'ai lâché l'affaire alors qu'avoir une place en curva était possible.
ps:
grazie mille :smile:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Abdou le Mer 13 Mai - 23:36

Perdre aux TAB, c'est moche.

Dommage Schumi. :sad:

_________________
avatar
Abdou
La Team
La Team

Nombre de messages : 8261
Age : 28
Date d'inscription : 26/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Mer 13 Mai - 23:41

:samp:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par sanoban le Jeu 14 Mai - 1:24

Dommage pour la samp, ça aurait sauvé la saison moyenne. L'année prochaine peut être.

Je voulais bien dire dans ce derby dans la page précédente, désolé.
avatar
sanoban
Hincha Devil
Hincha Devil

Nombre de messages : 6967
Age : 27
Date d'inscription : 27/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Invité le Jeu 14 Mai - 8:39

Pour cette fin de saison, je vais devenir fan de Bordeaux, parce que je suis un sacré chat noir:
Coupe du Monde 90: finale perdue de l'Argentine sur un vieux péno.
1991: finale coupe des champions perdue aux tirs au but, finale coupe de france perdue à la dernière minute.
1994: finale coupe du monde perdue par l'Italie aux tirs au but.
1996: c'était pas une finale, mais la demi de coupe de france face à l'Aja perdue aux tirs au but je m'en rappelle encore...
1999: finale Uefa perdue
2004: finale Uefa perdue
2006: finale coupe de france perdue
2007: finale coupe de france perdue aux pénos.
2009: finale Coppa Italia perdue aux pénos.

Et puis, la finale de 92, même si à cette époque là je supportais que l'OM, je l'avais vue et j'avais porté la poisse à la Samp qui avait perdue 1-0 en finale de Champions League face au Barça sur un coup franc imaginaire....

Sacré chat noir.... :whistling2:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Calcio [2008-2009]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 17 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum